[Quête Majeure] Le Jugement

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quelle pierre décidez-vous de jeter dans la jarre ?

40% 40% 
[ 4 ]
60% 60% 
[ 6 ]
 
Total des votes : 10

[Quête Majeure] Le Jugement

Message par Scriabine le Mer 31 Mai 2017 - 19:19

HRP - Suite de la quête majeure « Le Culte du Consensus » - HRP




Cette après-midi, les membres de la très pécuniaire Main du Valet Noir étaient réunis au quartier général de la cité mercenaire ; non pas pour planifier le meurtre de quelques diplomates, ni encore pour mettre en commun le butin de la veille, mais pour une affaire plus exceptionnelle, non pas dans sa qualité, mais plutôt dans sa survenance.

Scriabine, dont la carte de la Dame de Cœur était mise en évidence dans l’interstice interdit de son chemisier et de sa poitrine, se plaça au centre de l’assemblée, sur l’estrade improvisée où était agenouillé un homme encagoulé.

Merci à toutes et à tous d’être venus aussi nombreux. Ces événements sont rares, et c’est pourquoi ils requièrent l’attention de toute la Main, tant les petits numéros que les têtes. Cette séance sera l’occasion pour chacun de se questionner sur la morale qui est la nôtre, et d’en affirmer sa version par le biais d’un vote. Quelle qu’elle soit, la décision de la majorité sera respectée et mise en œuvre.

Laissant le silence accompagner son ouverture solennelle, Scriabine effectua une lente marche circulaire autour de l’homme agenouillé. Elle reprit.

En premier lieu, Emyn, Sam, et moi-même tenons à remercier Arlène d’avoir réussi à recapturer Léon Rouget alors qu’il était en fuite dans le Sud d’Amakna. Nous pensons que ce haut-fait auquel s’ajoute de nombreux autres à l’actif de Mme Kwinzel mérite une plus grande gratitude de notre part, et, avec l’aval du Valet en personne qui déclare lui-même voir dans l’agent aux grelots un soupçon de nostalgie, nous avons l’honneur de te remettre ceci Arlène.

Scriabine désigna d’un geste hautement sophistiqué Emyn qui tenait dans ses mains un plateau d’argent sur lequel était sis un coussin qui jadis devait être rouge, et sur lequel était déposé avec une infinie précision un encart rectangulaire fortement vieilli, duquel on parvenait difficilement à identifier les inscriptions.

Sam prit doucement possession du plateau afin de le hisser à hauteur d’Arlène en évitant ainsi à Emyn de se rendre ridicule dans cette tâche. On peut alors plus aisément distinguer un valet de pique.

* * *

Le moment d’émotion passé, Scriabine recentra l’attention des agents de la Main sur l’affaire en cours.

Par souci d’efficacité, et parce que de nouveaux membres sont présents parmi nous depuis peu, il convient de rappeler les règles élémentaires qui nous permettront de mener à bien ce jugement :
• Le traître ici présent devra répondre à toute question qui lui sera posée, s’il est en mesure d’y apporter une réponse.
• Tout membre de la Main ici présent pourra poser la question de son choix au traître, tant qu’il n’est pas déjà occupé à répondre à une autre question.
• Des violences physiques, psychiques, ou magiques pourront être utilisées contre le traître si ce dernier s’obstine à garder le silence, tant qu’il demeure par la suite en mesure de parler avec raison.


Léon ne put s’empêcher d’étouffer un rire à la lecture de la dernière règle.

Par ailleurs, l’enseigne du cœur a mené quelques enquêtes au sujet de Léon Rouget, et nous serons amenés à distiller quelques informations au moment opportun, pour remettre Léon dans le droit chemin de la vérité, ou encore relativiser certaines affirmations par exemple.

À l’énoncé de cette phrase, Scriabine passe sa main sur une commode promue au rang de pupitre, sur laquelle étaient disposées plusieurs liasses de documents.

Pour rappel, Léon est accusé d’avoir trahi la Main du Valet Noir, et le Valet Noir en personne, en dérobant l’Arche du Covenant lors du grand plan de rapatriement du Trésor à Sufokia en 624. Par la suite, il n’a jamais tenté de recontacter la Main, et a profité des fruits de l’Arche jusqu’à aujourd’hui en prenant le titre de Maire du village de Silo. Une expédition, menée par Arlène et Kalirr aura permis de remettre la main sur l’Arche, mais l’excès de confiance attribué à Léon lui aura permis de fuir dans les contrées méridionales d’Amakna. Grâce à Arlène, le voilà devant nous. Le Valet Noir ne souhaite pas interférer, et nous laisse l’entière responsabilité de gérer cette affaire comme nous l’entendons.

L’émulation commençait à monter au sein de l’assemblée, certains avaient déjà de nombreuses précisions à demander à Léon, ou bien les motifs qui se cachaient derrière tel ou tel acte. Il restait encore beaucoup de points d’ombre sur son parcours, son vécu. Il n’était pas envisageable de juger quelqu’un sans avoir toutes les cartes en main.


Dernière édition par Scriabine le Lun 12 Juin 2017 - 18:48, édité 1 fois


avatar
Scriabine
D♥
D♥

Messages : 363
Date d'inscription : 25/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Kalirr le Dim 4 Juin 2017 - 21:00

Kalirr était assis sur une banquette poussiéreuse, négligemment entreposée dans un coin de la vaste pièce. Son coude droit était posé sur l’accotoir et son avant-bras remontait jusqu’à sa tête afin que celle-ci soit calée dans le creux de sa main. Scriabine énonçait les règles du procès qu’il écoutait avec attention tout en plongeant son regard dans celui de Léon, comme pour sonder son esprit. Quand la Dame de Cœur se tut, un long silence plana dans la pièce.

Kalirr ne souhaitait nullement prendre la parole. Il ne voulait pas que ses compagnons remarquent trop rapidement de quel côté de la balance il se trouvait. Car pour l’instant, son avis était simple. Il souhaitait voir Léon libre et ne percevait en rien son attitude comme de la traîtrise. Il ne voulait pas non plus que ces camarades se rappellent trop rapidement que ce fut lui qui avait laissé Léon en liberté quelques temps plus tôt et qui avait plaidé sa cause auprès du Valet le soir même de l’excursion.

Pourtant, face au silence personne ne se décidait à prendre la parole. Kalirr se lança finalement. Il se râcla fortement la gorge afin d’attirer l’attention de chacun et se leva. Il prit quelques secondes pour réfléchir à une question qui ne dévoilerai pas trop son opinion mais sur laquelle il pourrait rebondir par la suite. Il se décida finalement.

« Monsieur Léon Rouget. Vous êtes, si mes sources sont exactes, un ancien huit de Carreau. Vous avez pris part aux tragiques évènements de 624 et aviez la charge de transporter l’Arche du Covenant. Pouvez-vous, je vous prie, rappeler ou apprendre à chacun la nature de ses évènements ainsi que les pouvoirs de cet artefact. »

Kalirr se rassit et reprit sa position initiale. Il jeta un rapide coup d’œil vers ses collaborateurs et replongea son regard dans celui de l’accusé comme un joueur de carte cherchant à deviner le jeu de son adversaire.


avatar
Kalirr
10♣
10♣

Messages : 189
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Léon Rouget le Dim 4 Juin 2017 - 22:09

« Monsieur Léon Rouget. Vous êtes, si mes sources sont exactes, un ancien huit de Carreau. Vous avez pris part aux tragiques évènements de 624 et aviez la charge de transporter l’Arche du Covenant. Pouvez-vous, je vous prie, rappeler ou apprendre à chacun la nature de ses évènements ainsi que les pouvoirs de cet artefact. »


Léon se dandina un peu à l'écoute de cette première question, peut-être était-ce ses entraves qui le démangeaient, ou bien l'anxiété, ou bien encore l'amusement d'une telle situation. Finalement, sa voix un peu enrouée finit par trancher le silence qui s'était installé.

« Vous êtes bien informé, jeune homme. Seriez-vous le servant de cette dame-là ? »

Son accroche n'avait sur son auditoire aucun effet, qu'il soit comique ou tragique. Cela ne semblait pas le perturber, et il poursuivit.

« Huit de carreau, oui, c'était ma carte, et je l'avais eue à la sueur de mon front, au sang de mes ennemis, au... Enfin, je l'ai mérité, disons-le. J'en ai fait des choses pour votre Valet, et pas forcément des plus reluisantes. »

Il s'arrêta tout seul, voyant qu'il commençait à digresser vers un autre sujet de discorde.

« En 624 donc, après avec deux camarades de mon escadron favori, de bons gars, fiers et parfois un peu savants, on nous assigna au transport d'une diligence chargée. Il y avait un coffret et un grand paquetage. »

L'élément perturbateur se faisant attendre, Léon s'y engagea sur la pointe des pieds, à contrecœur.

« C'était pas vraiment dans la déontologie des fils à Kaézar de soulever le voile sur les affaires qu'on protégeait, mais là... les jeunots étaient excités, ils avaient bien compris qu'on roulait pas avec une cargaison de pichon séché. Ils ont décidé de regarder sous les étoffes et là... ce fut le début de la fin. »

Léon venait de prendre un air plus charlatanesque.

« Il était impossible de détourner le regard des dorures méticuleuses de l'Arche, ou de s'échapper de ses perspectives parfaites. Elle faisait bouillir notre cœur, elle nous donnait un entrain sans limite, une motivation infinie pour un dessein inconnu. J'ai moi-même repensé à de nombreuses fougues de jeunesse qui s'étaient assagies toutes ces années... ah... oui, c'est vrai. C'est loin. »

L'accusé finit par revenir dans le cours des événements.

« Nous venions de goûter à l'un des deux immenses pouvoirs de l'Arche : dorénavant, dans cette diligence, nous désirions tous trois ardemment ces fines boisures, nous voulions chaque recoin de ce chef-d'œuvre. Le laisser croupir dans le ventre de ces galions, le voir risquer de sombrer en mer, tout ceci était inacceptable. Alors... la Main du Valet Noir s'est rapidement transformée en lointain souvenir, en expérience anecdotique. J'ai tenté de résister, n'allez pas croire le contraire, mais il s'agissait d'une bataille qu'aucun ici ne peut remporter. Une lutte contre soi et des envies astronomiquement gonflées. »

Léon souffla. 

« Nous avons bifurqué de notre itinéraire initial pour nous diriger vers le Sud. C'est ce qui nous semblait le plus sûr. Après plusieurs... »

La Dame de Cœur s’éclaircit distinctement la voix afin d'attirer l'attention de Léon. Elle tapotait sur une des piles de documents présents sur la commode, tout en arborant un sourire mesquin. Léon comprit, il reprit.

« Naturellement, je ne l'ai pas précisé pour ne pas alourdir mon témoignage, mais nous avons dû nous séparer du conducteur de la diligence qui était peu enclin à l'exécution de notre "détour" définitif. »

Scriabine le coupa afin d'étayer le tout.

« Un jeune homme de quinze ans, trois de carreau, qui avait été recommandé, et était voué à une belle carrière chez l'enseigne de Kaézar. Il fut retrouvé avec une dague dans le dos, dans un fossé, d'après les rapports de l'époque. »

Léon reprit le fil.

« C'est probable, effectivement, je ne me souviens guère de ces moments-là, tant l'Arche obstruait la moindre de nos pensées...  »

Léon tenta de se souvenir de la question initiale, puis finit par conclure qu'il en avait probablement fait le tour.


Dernière édition par Léon Rouget le Lun 5 Juin 2017 - 9:21, édité 1 fois
avatar
Léon Rouget
x8♦
x8♦

Messages : 10
Date d'inscription : 30/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Arlène Kwinzel le Dim 4 Juin 2017 - 23:03

L’arlequine jouait avec le bout de carton qui venait de lui être remis. Loin de rire sous cape, elle gloussait sans retenue, scrutant l’objet sous toutes ses coutures et – la configuration de ce dernier aidant – fit rapidement le tour de la question.

« Huhuhuhuh… Hu ? »

La Matriarche du Coeur venait de se rappeler au bon souvenir de celui qui figurait sur le banc des accusés. L’ancien maire, amèrement corrigé par cette « petite mère » dont nul ne chercherait à s’attirer les faveurs en sachant ce qu’elles impliquaient, l’ancien maire, donc, débitait son laïus.

« Oh ? »

La fougue, la jeunesse, l’ivresse, l’envie, la cupidité, les varices. Ou l’avarice.

Arlène n’était pas certaine que les varices aient quelque chose à voir dans l’affaire, aussi opta-t-elle pour le second choix.

Toujours est-il que cette affaire, son témoignage et ses accusations sous-jacentes avaient le don de déterrer autant d’anciens cadavres que de faire apparaître des interrogations. Par exemple, la plus dérangeante était certainement celle qui concernait directement ce pauvre gosse chargé de conduire l’équipage à bon port – un Trois de Carreau, c’est ça ? – et son aptitude à ranger des objets pointus sans se blesser.
Le marmot avait dû louper quelques leçons élémentaires sur la position à adopter en cas de rencontre avec une extrémité à la fois piquante et vindicative : toujours s’arranger pour se retrouver derrière elle et non pas en face d’elle. Ou de dos. Quoi qu’il en soit, il apparaissait aberrant à la truculente du Pique que le Rouget et ses deux comparses n’aient pas pensé à prévenir le mouflet de ce genre de détails. Un tel degré de négligence pouvait s’avérer mortel… Hé, attendez, il l’avait été, non ?

La Couine-Zèle gloussa de plus belle en songeant à ce qui n’avait rien d’une coïncidence.

Cette nouvelle crise d’hilarité, loin de l’amener à se faire discrète, la poussa à se renseigner plus avant auprès du condamné. En un mot ou deux, selon la tournure que prendraient les évènements.

« ça fait beaucoup de mots, d’émaux, de morts et de maux, tout ça, mon beau ! Déjà que t’es pas passé loin de devenir maître artificier dans l’art d’utiliser la poudre d’escampette, alors si tu t’mets en plus à nous tenir le crachoir, on va finir par croire que tu n’avais pas envie de nous raconter tout ça la dernière fois qu’on t’a croisé du côté des six lots et de cette fichue grange pas nette. Panier, panneau, piano, pané. »

A l’aide de sa dernière acquisition, Arlène se gratta son front poudré, à la frontière entre sa peau blanchâtre et le revers de sa cagoule à grelots.

« Tu causais de plusieurs choses, l’arsouille. »


L’acrobate à la tenue bigarrée dénombra les informations de ses longs doigts gantés.

« Inn : les dë gonzes qui t’accompagnaient. ‘sont restés sur le carreau, en plus d’en avoir été les indignes représentants ? Z’avaient des noms, les deux loustics ? »


Le bout de carton patiné par le temps disparut entièrement sous le couvre-chef tintinnabulant.

« Dë : Où qu’elle était l’arche ? Dans l’coffret ou dans l’grand paquet ? Et qu’est-ce qui s’trouvait dans çui où elle n’était pas ? »

Dépliant un troisième doigt – majeur, celui-ci – l’arlequine enchaîna avec une nouvelle question. Cela ne risquait pas de faire de dépayser Léon Rouget, lui qui l’était déjà… Enchaîné.

« Troi : Qu’est-ce qu’c’est qu’ces pouvoirs d’l’Arche ? Y en a plusieurs, selon toi, trésor ? »


Avant qu'elle n'ait le temps d'élever un quatrième doigt, le Rouget s'était mis à table. Car telle est habituellement la place finale de ce genre de mets.
avatar
Arlène Kwinzel
V♠
V♠

Messages : 515
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Léon Rouget le Lun 5 Juin 2017 - 9:51

Léon rajusta ses lunettes rondes afin d'éviter pour un temps leur perpétuelle glissade sur un nez de plus en plus gras. Cela faisait beaucoup de questions. Beaucoup de souvenirs.

« Ça fait beaucoup de mots, d’émaux, de morts et de maux, tout ça, mon beau ! Déjà que t’es pas passé loin de devenir maître artificier dans l’art d’utiliser la poudre d’escampette, alors si tu t’mets en plus à nous tenir le crachoir, on va finir par croire que tu n’avais pas envie de nous raconter tout ça la dernière fois qu’on t’a croisé du côté des six lots et de cette fichue grange pas nette. Panier, panneau, piano, pané. »


« Et vous, cela fait-il partie de vos petites habitudes de déclarer aux premiers venus les faits regrettables de votre passé ? Je n'avais aucune raison de vous en parler lors de votre irruption à Silo, comprenez que je ne suis qu'un homme, et je désire vivre, non pas pour moi, mais pour les idées qu'il me reste à répandre, les âmes qu'il me reste à convaincre. »


« Inn : les dë gonzes qui t’accompagnaient. ‘sont restés sur le carreau, en plus d’en avoir été les indignes représentants ? Z’avaient des noms, les deux loustics ? »


« Ils s’appelaient Martoff et Potressoff. Les deux sont morts aujourd'hui, car ils ont préféré l'Arche à Silo, ils avaient une vision de court-terme, et ne voyaient pas d'intérêt au bien commun. Regrettable, vraiment. »


« Dë : Où qu’elle était l’arche ? Dans l’coffret ou dans l’grand paquet ? Et qu’est-ce qui s’trouvait dans çui où elle n’était pas ? »


« L'Arche était emballée dans des étoffes, et c'est bien là la plus grande erreur commise. Il faut la sceller à tout prix, empêcher quiconque de la voir. J'espère que vous avez pris vos dispositions... L'autre partie de la cargaison était un coffret, nous l'avons jeté car il pesait trop lourd dans notre fuite. Comprenez qu'à ce moment-là, nous n'avions d'yeux que pour l'Arche, et absolument rien d'autre. Nous avons fait courir les dragodindes jusqu'à la mort, et lorsque ce fut le cas, nous étions arrivés à Silo. »


« Troi : Qu’est-ce qu’c’est qu’ces pouvoirs d’l’Arche ? Y en a plusieurs, selon toi, trésor ? »


« Mon expérience avec l'Arche me donne la certitude qu'elle possède au moins deux pouvoirs importants. Le premier je vous l'ai déjà décrit, le second est plus... subtil, lent, et diffus. Elle donne une cause commune, un élan de solidarité à tous ceux qu'elle affecte, elle fédère les Hommes plutôt qu'elle ne les divise. C'est le catalyseur parfait d'une douce révolution, qui petit à petit aplanit la société au sein de laquelle chacun joue son rôle avec une joie que les autres ne connaissent pas. C'est un exemple, une démonstration de la force qui peut nous unir si nous savons bien manier les institution, ou plutôt... les remanier en l'espèce. L'Arche devait être la figure de proue d'une nouvelle façon de faire, une redistribution des rôles plus équitable, une remise en cause du concept même de kamas, l'abolition des classes, et de leurs luttes éternelles, la suppression des influences et des pouvoirs néfastes à l'épanouissement de l'individu dans sa propre cause. La révolution se devait d'être incessante, jusqu'à ce qu'elle ait atteint tous les objectifs ainsi fixés, elle devait être globale, internationale, qu'il n'y ait pas un royaume sur ce monde qui puisse en défier les solides maximes, qu'il n'y ait pas un bourgeois pour en défier la morale si bien ancrée. »


Instinctivement, Léon avait rabattu ses poings liés contre sa poitrine, et versait une petite larme de circonstance à la suite de son beau discours.


« Les belles idées sont hélas les plus difficiles à mettre en œuvre... et paradoxalement, l'Arche elle-même m'empêcha pendant de nombreuses années de travailler sur ce chantier sans fin. J'étais en quelque sorte prisonnier de Silo et de son modèle parfait, dans lequel j'avais mon propre rôle à jouer...  »
avatar
Léon Rouget
x8♦
x8♦

Messages : 10
Date d'inscription : 30/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Kalirr le Lun 5 Juin 2017 - 11:47

« […] une redistribution des rôles plus équitable, une remise en cause du concept même de kamas, l'abolition des classes, et de leurs luttes éternelles, la suppression des influences et des pouvoirs néfastes à l'épanouissement de l'individu dans sa propre cause. »

Kalirr souhaitait rester stoïque tout du long de ce procès. Cependant, cette phrase avait réussi à lui arracher un sourire et un haussement de sourcil. Le pauvre homme, pensait-il, cette Arche est vraiment un poison de l’esprit. Peut-être faudrait-il la détruire ?

Après de tels aveux de Léon, le Compagnon du Trèfle ne pouvait pas reprendre la parole. Il n’aurait fait qu’enfoncer le malheureux que, visiblement, peu de gens voulaient défendre. Il décolla son dos du dossier et lança un regard à quelques membres du Cœur qui habituellement comptent parmi les premiers à poser des questions. Puis, sa vue se détourna vers les agents du Carreau. Il était curieux de connaître leur opinion sur l’affaire. Après tout, ils étaient en train de juger un de leur confrère. Peut-être même un des seuls encore en vie.

Finalement, il reprit sa position initiale en attendant la suite des évènements.


avatar
Kalirr
10♣
10♣

Messages : 189
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Emyn Muil le Lun 5 Juin 2017 - 13:50

Emyn estimait habituellement que la cohésion d'un groupe ne pouvait tenir que par la bonne application de règles, et surtout, de principes stricts. En l'occurrence, la trahison de Léon Rouget et la mise à mort d'un — voire trois — autres membres de la Main étaient difficilement pardonnables. Le petit Xélor avait eu l'occasion d'apprendre du vieux Valet qu'une organisation telle que la Main ne tenait sa vie qu'à une discipline exemplaire, où un peu de terreur ne faisait pas de mal. Après tout, c'est ce qu'il y a de plus fragile qui nécessite le plus d'efforts à protéger.

Cela dit, Emyn préférait, quand il le pouvait, la concorde. Et il se demandait si récupérer au compte de la Main Léon Rouget pouvait être utile. Il fallait essayer d'en savoir plus, et de jauger l'honnêteté du personnage. Or, quelque chose semblait clocher dans son discours...

« C'est étrange... Peut-être ai-je été mal renseigné, mais il ne me semble pas avoir déjà entendu parler du pouvoir d'attraction de l'Arche, si ? »
il se tourna vers Scriabine et Sam Killeen, qui étaient directement concernés. « En outre, il m'a semblé que malgré l'emprise terrible que l'Arche devait avoir sur vous, vous n'aviez eu, d'après ce qu'on m'a raconté, aucun mal à la déterrer pour nos agents, et vous vous étiez même proposé à cette tâche d'emblée... Pour protéger votre vie, n'est-ce pas ? »

Il garderait sa question sur la mort de ses deux collègues plus tard.
avatar
Emyn Muil
R♥
R♥

Messages : 683
Date d'inscription : 25/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Léon Rouget le Lun 5 Juin 2017 - 14:48

« C'est étrange... Peut-être ai-je été mal renseigné, mais il ne me semble pas avoir déjà entendu parler du pouvoir d'attraction de l'Arche, si ? »

La Dame de cœur effectua une somptueuse moue interrogative suite à la question ouverte d'Emyn. Léon tâcha de répondre.

« Votre Valet ne vous aurait-il donc pas mis au courant... Intéressant. L'Arche joue avec notre volonté, et je ne peux l'expliquer, mais l'intensité de ses pouvoirs est dépendante de plusieurs facteurs. A priori, la puissance de l'Arche est amoindrie dès qu'elle n'est pas directement visible. »

Il regarda successivement les têtes qu'il avait déjà croisées à Silo : Arlène, Kalirr, Aurore, Miliannah, et Orvys.

« Je m'égare mais... s'agissait-il peut-être d'un test ? »

« En outre, il m'a semblé que malgré l'emprise terrible que l'Arche devait avoir sur vous, vous n'aviez eu, d'après ce qu'on m'a raconté, aucun mal à la déterrer pour nos agents, et vous vous étiez même proposé à cette tâche d'emblée... Pour protéger votre vie, n'est-ce pas ? »

« Certes, je vous l'ai dit, je ne suis qu'un homme. Un vieil homme, disons-le sans crainte. Vos brillants agents ayant fait le rapprochement, j'étais acculé. Connaissant les méthodes de la Main, mon sort étant intimement lié à ma capacité à vous donner l'objet de vos recherches. Je ne suis pas encore prêt à mourir, il me reste des choses à faire comme je l'ai évoqué précédemment. Et avec le temps, j'ai appris à me garder des effets néfastes de l'Arche, après tout, ne profitait-elle pas à tout le monde à Silo ? Je me demande d'ailleurs ce qu'il advient du village désormais... Pour en revenir à la question naturellement, heu... je ne voulais pas que vous creusiez n'importe où pour trouver l'Arche ; il faut malgré tout respecter ce lieu devenu saint. Et je savais exactement où elle était, je ne me serais pas pardonné le fait qu'elle soit esquintée. »

Léon regarda discrètement du côté de Scriabine. Puis, visiblement satisfait, rajusta une énième fois ses lunettes avant de recevoir la prochaine salve de questions de son auditoire. Pour le moment il semblait garder son sang-froid et ses moyens. Qui allait désormais s'adresser à lui ?
avatar
Léon Rouget
x8♦
x8♦

Messages : 10
Date d'inscription : 30/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Kirosane le Lun 5 Juin 2017 - 21:16

Kirosane écoutait dubitativement l'accusé, ayant du mal à voir un ancien membre du carreau en cet homme qui semblait manier mieux la plume que l'épée. Se dandinant sur son siège, la guerrière ne s’était intéressée qu’à la moitié du discours de l’homme.

Il s’était débarrassé de trois de ses compagnons, tous trois de la même enseigne, la sienne. Kirosane ne voyait en face d’elle qu’un homme qui avait tué trois de ses frères et bafoué son honneur, celui de la Main. Elle prit la parole en fixant durement l’accusé du regard, et Poussière, juchée sur son épaule, l’imita.

«  Vous dites que vos deux compagnons sont morts. Comment sont-ils morts? A-t-on retrouvé leurs corps ? »

Elle jeta un coup d’œil à Scriabine tout en posant cette seconde question, avant de rediriger son attention vers Léon.

« Et vous dites que vous avez su échapper aux effets de l’arche. Dans ce cas, pourquoi n’avez-vous pas contacté le Valet Noir le plus vite possible ? Vous deviez pourtant vous douter que votre trahison n’échapperait pas éternellement à la vigilance de la Main. »
avatar
Kirosane
7♦
7♦

Messages : 48
Date d'inscription : 14/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Léon Rouget le Mar 6 Juin 2017 - 18:29

« Vous dites que vos deux compagnons sont morts. Comment sont-ils morts? A-t-on retrouvé leurs corps ? »

À l’énoncé de cette première question, Léon esquissa une grimace qui fit plisser une bonne partie de son visage.
 
« Martoff fut le premier. C’était le plus jeune, et c’est d’ailleurs lui qui avait eu le “privilège” de découvrir l’Arche pour la première fois. Son esprit n’était plus vraiment entre ses mains. Qu’on se le dise, notre expérience avec l’Arche nous a tous les trois changé en profondeur, à l’époque je n’aurai jamais imaginé être capable de tout ce que j’ai fait. Enfin, Martoff se faisait dévorer par l’Arche, et alors que Potressoff et moi essayions de nous rapprocher des locaux de Silo, lui passait tout son temps dans la grange où nous avions entreposé notre trésor. » 

Léon adopta une mine plus abattue, triste.

« Cela s’est passé quelques semaines après notre arrivée à Silo. Il faut savoir que malgré notre déroute brutale du droit chemin, si tant est qu’on puisse l’appeler ainsi, nous nous étions promis de conserver l’Arche à nous trois, et également de ne pas tenter de l’ouvrir. Ce jour-là, nous avons découvert Martoff ayant littéralement la tête dans l’Arche, dont le couvercle était rabattu vers l’extérieur. Nous l’avons tiré de là, mais... c’était trop tard. Si son corps vivait toujours, si son cœur battait encore, son âme, elle avait été consumée. Le jeune homme faisait grande peine à voir, et son entretien s’avérait trop fastidieux pour que nous le laissions ainsi vivre. Je pourrais vous montrer sa tombe à Silo si nécessaire. »

Et de un, Léon n’avait plus qu’à expliquer la disparition de Potressoff désormais.

« Concernant Potressoff, il a été tué en défendant l’Arche lors du raid de 636. Malgré notre technique très accomplie du marteau-faucille, les brigands étaient bien organisés, et nous n’avions que très peu de combattants. La défaite était inexorable. J’en porte aujourd’hui quelques souvenirs. »

Léon découvre son flanc gauche où une longue balafre laisse imaginer un coup d’épée longue.

Scriabine intervint avec un sadisme non dissimulé.

« Voilà qui est surprenant. Vous n’êtes pas sans savoir que les événements de 636 que vous décrivez ont laissé leur “marque” sur les habitants de Silo ; ils s’en souviennent bien. Mme Doublemiche, si elle a bien mentionné votre style du marteau-faucille, n’a en outre pas fait état de la présence de ce Potressoff. Pour ainsi dire, il n’est pas fait mention d’une deuxième personne, et encore moins d’une troisième vous accompagnant depuis votre arrivée à Silo. »

Surpris, Léon répliqua néanmoins aussitôt.

« Cela s’explique très bien par le fait que Potressoff ne travaillait pas au village comme ce fut le cas pour moi. Je n’ai peut-être pas insisté sur ce point, mais l’Arche a fait naître en nous une extrême paranoïa, qui s’est amplifiée avec la réputation de la Main du Valet Noir que nous connaissions très bien pour son réseau d’espionnage. » 

Scriabine effectua un mouvement de tête pour ramener ses cheveux en arrière. Léon continua.

« Potressoff était donc régulièrement en voyage ou en patrouille aux alentours de Silo pour prévenir toute irruption de membres de la Main. Martoff, quant à lui, n’a malheureusement pas eu le temps de se faire connaître des villageois. Il est donc logique que les villageois ne soient au courant que de mon existence. Ils n’auront simplement pas fait attention à cet inconnu qui essayait de les défendre... »

Léon plaça à nouveau ses poings liés contre son torse, et déclara en visant le plafond, d’une voix d’outre-tombe :

« Potressoff, ton nom est inconnu, ton exploit est éternel... »
 
« Et vous dites que vous avez su échapper aux effets de l’arche. Dans ce cas, pourquoi n’avez-vous pas contacté le Valet Noir le plus vite possible ? Vous deviez pourtant vous douter que votre trahison n’échapperait pas éternellement à la vigilance de la Main. »

« J’ai pu atténuer les effets de l’Arche pour ne pas finir comme Martoff, mais vous n’imaginez pas dans quelle sorte de limbe on se trouve quand on a à sa portée un tel objet de désir. Contacter la Main était impossible, impensable, irréalisable. De plus, comme je l’ai dit, je tiens à conserver ma vie et je ne tenais pas à subir une seconde fois le jugement de la Main. »
avatar
Léon Rouget
x8♦
x8♦

Messages : 10
Date d'inscription : 30/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Sakopi Komzar le Mar 6 Juin 2017 - 22:11

Sakopi aussi était présent dans l'assemblée assis sur le siège le plus confortable qu'il avait pu trouvé, en ayant préalablement dépoussiéré ce dernier. Il avait bien prit en compte les règles de la séance donnés par la Dame de cœur et avait ensuite fait très attention aux diverses questions et réponses. Mais dans la tête du pseudo médecin, la nœud du problème était tout autre. Si en effet l'arche était capable d'un tel pouvoir sur les mortels, pouvait t-il être réellement coupable de ses actes ? Pouvait-on retenir l’aliénation pour ce vieil homme ? Et de facto le mettre à mort tout de suite pour cause de folie ? Enfin, en passant par la case cobaye sur les effets de cet artefact pour en connaître les réels pouvoir ...

L'éniripsa jouait machinalement avec un de ses scalpels, réfléchissant à l'arche plutôt qu'au jugement de ce Léon. Il toussota légèrement et prit la parole.

-Nous revenons donc à chaque fois aux "pouvoirs" que vous attribuez à l'arche. A tort ou à raison. Néanmoins, si votre seule justification pour ne pas avoir prévenu la main était cette emprise ... Maintenant quels sont les effets de cette arche sur vous à l'instant présent, alors qu'elle est hors de votre champ de vision et éloignée ?

Il laisse juste un instant, avant de reprendre avec un autre questionnement.

-De plus, vous semblez être capable d'omettre l'assassinat d'un gamin, mais aucun des autres détails avec vos comparses. Je serai curieux de savoir quels sont vos remords quant à tout ceci maintenant qu'on vous distille certains passage de votre mémoire "oubliée".


Il termina sa phrase, avant d'ajouter une dernière chose.


-Ah, et la prochaine fois que la Dame de cœur devra gaspiller sa salive pour vous corrigez, vous risqueriez de perdre des bouts. Et pas de mémoire cette fois.


Il montra avec un sourire froid et sadique, la lame de son scalpel.
avatar
Sakopi Komzar
5♥
5♥

Messages : 24
Date d'inscription : 04/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par azaméra le Mar 6 Juin 2017 - 22:38

Aphrodiane se pose dos au mur avec un pied contre, les bras croiser devant elle juste en dessous de sa poitrine. Suis le jugement avec un brin d'énervement. Elle trouve que c'est du temps perdu ce jugement. Un traître reste un traître, il doit mourir, point finale !

« Mais vous oubliez une chose. Qui vous dit qu'il dit la vérité et qu'il ne ment pas ?  Qui vous dit qu'il ne nous trompe pas une nouvelle foi ? »


Son regard un peu énerver, se pose sur quelque membre.

« Si vous voulez qu'il avoue, torturer le, il avouera plus facilement et je me ferai une joie de le torturer pour vous. J'ai besoin d'une cible pour mon entrainement quotidien ! Il savait déjà à la base qu'il avait trahi la main. Une personne qui nous a trahis une foi peut bien encore recommencer, et en plus, il était au courant des sanctions ! Je suis d’avis de cacher ou détruire cet objet et de tuer ce sale traître ! »
avatar
azaméra
7♠
7♠

Messages : 19
Date d'inscription : 09/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Miliannah le Mar 6 Juin 2017 - 23:04

Sous son apparence assez téméraire, Miliannah n'avait pas confiance en elle. Prendre la parole dans une telle assemblée était comme une épreuve, mais voyant les propos se multiplier, la jeune éniripsa bouillonnait à l'intérieur : ces ignorants n'étaient pas tous là lorsqu'eux avaient capturé le vieil homme. Qu'en savaient-ils ? Etaient-ils conscients de la puissance de cet arche ? Indéniablement, Miliannah avait été influencé par cet arche, et cet l'objet l'incitait plus ou moins à la clémence envers ce vieil homme.

A un moment, elle osa pourtant :

"Laissez-le. C'est un vieil homme. Nous valons bien mieux que ça".

"Il a commis des crimes, on l'a bien vu. Mais qui est capable de dire qu'il est tout blanc ici ? Qui n'a jamais commis d'erreur ? Personnellement, j'en ai tout un panel à mon actif et je n'en suis pas fière. Léon Rouget doit être préservé. Sa connaissance pourrait nous être utile. L'arche est puissant, s'il devient incontrôlable, ne sera-t-il pas un des seuls à savoir limiter son impact ? Il s'agit je pense de bien utiliser son potentiel. De s'en servir. Nous valons mieux que ça, croyez-en ma courte expérience."  
avatar
Miliannah
5♥
5♥

Messages : 9
Date d'inscription : 12/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Emyn Muil le Mar 6 Juin 2017 - 23:13

Voyant le brouhaha monter, Emyn s'éclaircit la gorge et entreprit d'interrompre la discussion qui commençait à se faire véhémente :

« Un peu de calme s'il vous plaît ! Un peu de calme ! Aphrodiane, Miliannah, j'entends bien vos avis, mais laissons déjà M. Rouget répondre aux questions de Sakopi. Le jugement des membres de la Main pris en faute est un principe de notre organisation qui nous est cher. Laissons-nous prendre un peu de temps d'éclaircir tout ça. Bien sûr, le but d'un jugement est justement d'essayer de déterminer en quoi l'accusé dit la vérité ou non. Pour le moment, il n'a pas rechigné à parler. Il n'y a donc aucune raison de le soumettre à la torture, qui d'ailleurs n'est pas toujours un très bon moyen pour obtenir la vérité. Quant à la question des pouvoirs de l'Arche, nous allons devoir essayer de l'élucider. Aussi, je demanderai à Scriabine si elle a pu trouver des documents à son sujet dans les archives de la Main, une fois que Léon aura répondu aux questions de Sakopi. »
avatar
Emyn Muil
R♥
R♥

Messages : 683
Date d'inscription : 25/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Léon Rouget le Mer 7 Juin 2017 - 18:16

— Nous revenons donc à chaque fois aux « pouvoirs » que vous attribuez à l’arche. À tort ou à raison. Néanmoins, si votre seule justification pour ne pas avoir prévenu la main était cette emprise... Maintenant quels sont les effets de cette arche sur vous à l’instant présent, alors qu’elle est hors de votre champ de vision et éloignée ? 

Léon observait avec intérêt son nouvel interlocuteur.

« Pour tout vous avouer, je redoutais ce jour où je serai séparé de l’Arche. Néanmoins, je n’ai pas ressenti de déchirement intérieur. La preuve en est que je m’apprêtais à quitter le village lorsque votre équipe m’a intercepté. Je dois dire qu’il s’agit presque d’un soulagement. Un poids qui certes avait été amoindri, toutes ces années sous terre, m’a été enlevé. Je ne pense plus être sous son influence désormais, et cela va tout à fait dans le sens de ma thèse, il ne s’agit que d’un incubateur social qui permet de montrer la voie aux foules avant de les laisser à leur propre sort. »

— De plus, vous semblez être capable d’omettre l’assassinat d’un gamin, mais aucun des autres détails avec vos comparses. Je serai curieux de savoir quels sont vos remords quant à tout ceci maintenant qu’on vous distille certains passages de votre mémoire « oubliée ».  

« Vous savez, les faits remontent à plus de vingt ans, et il s’agissait d’un moment où ma conscience ne m’appartenait plus. Pour éprouver des remords, il faudrait que je me sente responsable d’un tel acte, à aucun moment je n’ai eu le choix de mes actions. Vous ne pourrez jamais comprendre cela avant de l’avoir vécu, et je ne vous le souhaite pas. Si je devais donner le nom d’un responsable pour la mort de ce néophyte, ainsi que celles de Martoff et Potressoff, je n’en donnerais qu’un : le Valet Noir. Il n’aurait jamais dû faire transporter l’Arche, une telle tragédie était inévitable, que ce soit lors du voyage terrestre ou maritime. Ce sont là des réflexions que vous pourrez lui soumettre, afin d’éclairer vos lanternes. »


— Ah, et la prochaine fois que la Dame de cœur devra gaspiller sa salive pour vous corrigez, vous risqueriez de perdre des bouts. Et pas de mémoire cette fois.

« Je ne me lasse jamais de faire parler les fines voix du cœur. Si je devais faire les comptes, je dirais même que cette enseigne dispose d’une dette envers moi. »

Scriabine souffla et regarda ailleurs pour ne pas croiser les yeux satisfaits de Léon.

« Je vais vous en faire le résumé pour ne pas gaspiller la salive de votre bien chère Dame, par ailleurs ma gorge se dessèche à force de me livrer à vous, et s’il était possible qu’on m’amène de quoi me désaltérer, je ne vous en serais que plus redevable. Cette histoire, donc, est à l’origine de ma promotion au titre de huit de carreau. Nous étions en duo avec Potressoff. Il s’agissait d’escorter une troupe de diplomates du cœur, venus à Bonta afin d’y mener quelques affaires avec un des gros bonnets du crime de la cité blanche. Ces rencontres étaient plus fréquentes que nécessaires, et débouchaient bien souvent sur des ripailles interminables, et des rasades à volonté. Quant au reste, nous n’étions pas invités pour savoir ce que se faisaient les hommes et les femmes lors de ces petites sauteries. Il se disait bien des choses... mais il s’agit d’un autre sujet. Haeum... Donc, cette nuit-là, un agent du cœur, visiblement trop en confiance, et fortement alcoolisé, révéla plusieurs relations que la Main entretenait avec d’autres pontes du crime Bontariens. Naturellement, un bain de sang s’en suivit, duquel ne réchappèrent que deux diplomates du cœur faits prisonniers par les bandits vexés. Blessés à plusieurs endroits, la raison aurait voulu que l’on se retire de Bonta pour appeler des renforts, mais... croyez-le ou non, j’étais un homme bien différent à l’époque, et j’avais une sorte d’admiration pour le modèle de la Main, bien que je ne cautionnais pas toutes ses actions. Et puis... notre style du marteau-faucille était rudement efficace et surprenant ! Toujours est-il que malgré notre attrition, Potressoff et moi-même décidions de récupérer les deux agents prisonniers. Je vous passe les détails qui pourraient me desservir par un héroïsme trop pompeux, mais nous y sommes parvenus. »

La tête de Scriabine laissait à croire que tout ceci n’était que pure vérité. Elle conclut néanmoins sur cette histoire :

« Les membres de la Main œuvrent ensemble pour le bien de l’organisation, et ni ses enseignes ni ses membres ne se doivent mutuellement de services ; nous ne saurions faire l’inventaire des bonnes et mauvaises actions de chacun, il n’est pas dit que votre solde soit positif, Monsieur Rouget. »

Par la suite, Léon s'amusa intérieurement de voir ces jeunes recrues dévoiler leurs avis sans détours. Un peu de nostalgie, peut-être ?
avatar
Léon Rouget
x8♦
x8♦

Messages : 10
Date d'inscription : 30/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par azaméra le Mer 7 Juin 2017 - 19:08

Les nerfs d'Aphordiane commencèrent à être mis à rude épreuve pour ce traître. Elle prit son arc doucement et sera fortement la poignée dans sa main gauche. Visiblement, elle résistait à l'envi de lui coller une flèche magique dans le dos à celui-là.


« Retenez-moi ou il va y avoir un meurtre ! Il est en train de se payer notre tête et visiblement surtout de la vôtre Dame de cœur, et j'ai aussi la sensation qu'il ne nous dit pas tout ! On devrait lui faire boire une potion de vérité ou quelque chose comme ça, pour être vraiment sûr de ses dires. S'il n'y en a pas, deux ou trois os brisés devraient lui faire comprendre qu'il doit arrêter de se payer notre tête. »

« On ne peut pas le croire sur parole ! »
avatar
azaméra
7♠
7♠

Messages : 19
Date d'inscription : 09/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Orvys Belsornet le Mer 7 Juin 2017 - 22:20

Orvys observait la scène sans un mot. Bien assis sur son siège, il avait tenté de trier les informations puis de les arranger dans son esprit en un ensemble cohérent, mais certains aspects qu'il n'arrivait pas à définir demeuraient obscurs. Outre le jugement de ce M. Rouget, pour lequel il n'avait pour l'heure pas d'avis définitif, certains sujets avaient réveillé en lui de nouveaux questionnements qui venaient embrouiller l'affaire.
Il avait beaucoup à penser, et toute cette réflexion lui faisait mal au crâne.

Il y avait tout d'abord l'objet de sa présence en ces lieux, la décision à prendre vis à vis des actions du présumé traître, Léon Rouget. Le roublard n'éprouvait guère de sympathie à l'égard de ce monsieur, et ses réponses quant à ses fautes ne venaient pas embellir le tableau, mais il préférait aux réactions impulsives l'avis moins tranchant — pour l'heure — du médecin. L'arche déterrée quelques temps plus tôt semblait en effet être la clé du problème, mais aussi sa plus grande entrave étant donné que le mieux informé était l'accusé lui-même... Difficile en effet de connaître l'étendue de ses capacités car son emprise semblait être l'excuse idéale dès qu'un terrain glissant se présentait à l'intéressé. Sans le Valet Noir pour confirmer ou infirmer ses dires, les juges étaient à la merci des paroles caligineuses de l'ancien huit de carreau, songeait-il.

Il existait une autre méthode toutefois, mais son instinct de conservation lui intimait de ne pas en faire part à ses compagnons. L'ancien maire n'était effectivement pas le seul à être entré en contact avec le puissant objet au cours des précédents événements, et Orvys en avait même assuré le transport, s'exposant potentiellement à ses effets jugés irrépressibles par l'homme entravé face à lui. En subissait-il les effets ? Ses pensées actuelles étaient-elles seulement les siennes, ou bien celles prêtées par un objet dont la force le dépassait ?
Il est vrai que l'arche avait immédiatement suscité son attention, au delà de ça même, il lui semblait que son action épousait sa cause. Néanmoins, le rêveur cagoulé n'était pas obnubilé par l'objet, du moins il ne le pensait pas... Il pouvait se tromper entièrement, il se pouvait même que ces mêmes questions lui soient dictées par l'insaisissable emprise de l'objet sur son esprit. De cette réponse dépendait sûrement la confiance que la Main pouvait accorder à ce M. Rouget... ainsi qu'à lui-même. Une impasse donc.

Une dernière chose perturbait la jeune recrue du Pique, il s'agissait de la — prétendue ? — aisance de l'accusé, face aux remarques acides et dangereuses qui lui étaient adressées. Son rapide coup d’œil dans sa direction ne lui avait pas échappé, et ses intentions s'en étaient révélées que plus douteuses. Si son discours visait à le libérer de toute inculpation, il y glissait une critique à peine masquée du Valet Noir qui ne pouvait que lui porter préjudice.
Il vint alors à Orvys l'idée de jouer au même jeu, espérant tirer ainsi un tableau un peu plus clair de l'esprit du captif... et du sien par conséquent.

Avec un sourire à peine dissimulé, le roublard lança ce qu'il pensait être une bombe pour son interlocuteur.
- Monsieur Rouget, vous avez poussé la déraison jusqu'à fuir le destin inéluctable que la Main vous réservait, toujours sous couvert de votre envie de survivre comme vous nous l'avez si bien dit. Mais pour un Homme qui tient tant à sa vie, je vous trouve bien porté sur l'offensive, voire l'affront, face à ceux qui tiennent votre destin dans leur paume... Je me demandais donc, comment voyez vous la suite des événements, vous qui semblez si à votre aise ?
avatar
Orvys Belsornet
3♠
3♠

Messages : 11
Date d'inscription : 14/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Léon Rouget le Jeu 8 Juin 2017 - 18:18

- Monsieur Rouget, vous avez poussé la déraison jusqu'à fuir le destin inéluctable que la Main vous réservait, toujours sous couvert de votre envie de survivre comme vous nous l'avez si bien dit. Mais pour un Homme qui tient tant à sa vie, je vous trouve bien porté sur l'offensive, voire l'affront, face à ceux qui tiennent votre destin dans leur paume... Je me demandais donc, comment voyez vous la suite des événements, vous qui semblez si à votre aise ?

Léon fut capté par cette question inattendue, et esquissa un sourire presque empreint d’admiration pour celle-ci.

« Je suis loyal envers mes idées, et la nouvelle thèse que je défends. Je ne désire pas vivre par crainte de la mort ou que sais-je encore, pour couler de beaux jours sur la côte du Sud, non, ce sont mes idées, mon combat, qui m’empêchent de me résoudre si tôt à la défaite idéologique. On peut voir la chose du point de vue que l’on souhaite, mais le résultat de toute cette affaire, c’est que l’Arche m’a contraint à troquer ma dévotion envers la Main contre la naissance d’un nouveau dogme. Naturellement, dans ces conditions, je cherche à sécuriser l’avenir que je réserve à mes grandes idées, écrire un manuscrit à ce sujet fait d’ailleurs partie de mes projets à court terme. Vous fuir était une décision logique pour mener à bien ce dessein. »

Léon pris une pause, le temps de se réhydrater la gorge en déglutissant sèchement, et visiblement, douloureusement.

« Ce n’est pas parce que j’ai jusque-là évité la confrontation avec la Main que je compte agir faussement, en inventant des regrets que je n’ai pas, ou en mimant la honte. Cela irait à l’encontre de qui je suis, et malgré les divers reproches que je pourrais formuler à l’encontre de votre organisation, pour bien en connaître le fonctionnement interne, je sais que vous savez vous montrer objectifs le temps des grandes décisions. Il faut pouvoir lire à travers la couche d’émotion, à travers les ornements rhétoriques. De plus, je me sens particulièrement à l’aise, car j’ai déjà subi un jugement similaire dans le passé. Je suis par ailleurs surpris que la Dame ici n’en ait pas fait mention. »

Scriabine regarda Léon avec désintérêt.

« Les archives ont connaissance d’un tel jugement, mais ma salive est probablement plus précieuse que la vôtre, alors je vous laisse poursuivre. »

Léon toussa un peu, ses lèvres étaient blanchies par des éclats de peau séchée. À entendre sa langue claquer contre son palais, on imaginait le supplice du vieil homme. Il continua néanmoins.

« C’était... je ne sais plus vraiment quand c’était... quelques années après que je sois entré dans la Main. J’avais déjà eu plusieurs confrontations avec les cartes plus élevées de l’époque... Il faut dire que j’étais ce qu’on pouvait appeler un jeune con ! Il y avait cette mission, un banquier du port de Madrestam à escorter. C’était pas une douceur le monsieur, et il avait bien mauvaise réputation auprès du peuple, c’était quelqu’un de vraiment aigri... un peu comme... »

Léon commença à se tourner vers Scriabine pour la désigner de la main, mais il s’arrêta à mi-chemin, comprenant les réactions incendiaires, voire mortelles, que cela pourrait susciter.

« Comme... heu, enfin vous voyez. Et ce capitaliste de premier ordre s’amusa à provoquer la foule qui lui lançait déjà de noirs regards. Bien entendu, tout ceci déboucha en émeute qu’il fut difficile de contrôler pour nous membre du carreau. Pour ma part, je ne pouvais me restreindre à défendre un tel personnage des conséquences de sa bêtise, et je laissai le flot de bouches affamées percer les rangs de mon côté. Le banquier finit piétiné par l’histoire, et hélas deux autres membres du carreau écopèrent de sévères blessures. Tout ceci se traduisit donc en un jugement similaire, hormis que le Valet Noir s’impliquait davantage dans ces affaires-là à l’époque, et qu’il présidait directement la séance. Je ne vous en ferai même pas le résumé, tant ma bouche est actuellement pâteuse, et inapte à poursuivre de telles synthèses. Ils décidèrent donc de me rétrograder d’un numéro, du cinq au quatre, et de marquer mon corps au fer rouge avec l’enseigne à laquelle j’appartenais. »


Léon, avec ses membres liés, peina à se mouvoir et à gesticuler de telle façon que l’on puisse découvrir la cicatrice d’un emblème de carreau sur sa poitrine parcourue de quelques poils argentés. Par ailleurs, dans sa manœuvre, il tomba en avant et se cogna la tête contre le sol de pierre, ses lunettes furent éjectées dans un coin de la pièce. Après quelques secondes d’incertitude, il se releva avec un filet de sang qui partait de son front pour s’écouler très lentement le long de son arcade sourcilière puis de ses joues, et enfin venir imbiber son bouc grisonnant. Quelques gouttes commençaient à y perler.
avatar
Léon Rouget
x8♦
x8♦

Messages : 10
Date d'inscription : 30/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Rasleur Chaos le Ven 9 Juin 2017 - 17:04

Aurore restait totalement impassible, adossée au mur du fond de la pièce. Les bras croisés, elle jaugeait, de son regard écarlate, le traitre depuis le début de la séance. Elle ne cherchait rien de particulier. Elle savait déjà ce qu'il fallait savoir. C'était un traitre. Non... Pire ! C'était un traitre venant du carreau. Cette seule idée la répugnait au plus haut point. Toutes les paroles dites pendant ce conclave n'étaient que du vent à ses oreilles. Pourquoi interroger un homme qui avait déjà sur lui la marque de la honte ? Un traitre restait un traitre...

- Et donc... commença Aurore, sans quitter l'homme de son regard pénétrant. Vous avez déjà été jugé... Hormis que je trouve honteux que le Valet lui-même ne vous fasse qu'une marque et une rétrogradation, il apparait aujourd'hui, totalement évident, qu'en plus d'être un faible vous êtes un traitre de la pire espèce. Et encore ? Y a-t-il de bons traitres ? Sérieusement qu'est-ce que vous cherchez tous ? Vous le questionnez ? Bien... C'est un menteur et un beau parleur bien que sa gorge sèche nous épargne enfin de sa vie longue et monotone. Un traitre ne mérite qu'un châtiment, et encore je le trouve trop clément. La mort. C'est ce que le Valet aurait dut prononcé la première fois, et les événements prouvent qu'il aurait mieux valut le faire.>

Aurore se décolla du mur, s'approchant de Léon avec un calme quasi-religieux, ses bottes lourdes claquant le sol avec fermeté. Son regard s'ancrait dans celui de l'accusé, ne voulant décidément pas lâcher sa proie.

< Pour une fois... Je suis totalement d'accord avec la gamine. Aphrodiane à tout dit. Il se joue de vous ! S'exclame-t-elle en tournant son regard sur chaque membre de la main présent avec une lenteur hiératique. Et vous ne le voyez pas ? Dame de coeur ? Vous ? Vous ne voyez rien ? Et vous Emyn ? Rien également ? Allons reprenons notre sérieux. Vous tous ici êtes suffisamment intelligent, débrouillard ou de bon sens pour voir qu'un traitre...>

Aurore replace son regard de braise dans celui de Léon.

< Reste un traitre. Pire encore... Ce traitre vient de l'enseigne du carreau. Traitre et Carreau ? Cette combinaison est tellement ignoble que je me demande pourquoi je ne l’exécute pas tout de suite par simple réparation envers mon enseigne. Et je me demande pourquoi vous perdez votre temps avec lui alors que son crime concerne chacun d'entre vous. Tous, autant que vous êtes, carreau, cœur, pique et trèfle, êtes entaché par cette trahison. Tous autant que vous êtes, vous savez ce que représente la Main. Alors je vais vous demander très calmement en faisant juste appel à votre bon sens... Vous Dame de coeur ? Répondez moi sincèrement... Vous laisseriez un traitre rôder autour ou vous le feriez tuer ? Kalirr... Continuerais tu à commercer avec quelqu'un qui t'aurais arnaquer ? Non... En vérité... Une seule analyse supplante toutes les autres. Celle de la prudence. Léon à une parfaite connaissance de notre organisation, de son fonctionnement. Il est un danger permanent pour tout le monde ici présent. Donc je vous pose la question du bon sens... Laisse-t-on un ennemi aussi dangereux derrière nous en priant qu'il ne se passe rien ou... On l'anéantit pour de bon par simple prévention et prudence ?>

Aurore sourit légèrement. Léon pourra voir un léger sadisme dans ce sourire alors que son regard semble brasiller.

< En fait peut importe... Je peux vous jurer que je laverais l'honneur du Carreau dans son sang.>
avatar
Rasleur Chaos
5♦
5♦

Messages : 22
Date d'inscription : 11/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Sakopi Komzar le Ven 9 Juin 2017 - 18:21

L'éniripsa soupira et rangea son scalpel. Il alla sans hâte chercher les lunettes de Léon et commença au même rythme à revenir vers lui et Aurore.

-Tu ne le tueras pas tout de suite car le vote n'a pas encore était fait, et qu'il à le mérite de montrer un tant soit peu d'honneur et d’honnêteté dans sa traîtrise. Cette dernière étant possiblement lié à l'Arche. Ou pas du tout. Donc en attendant, son statut reste encore discutable.


Il s'interposa entre la cinq de carreau et l'ancien 8 de la même enseigne. Il entreprit de nettoyer sa blessure et la recouvrir rapidement d'un baume cicatrisant. Il l'aida ensuite à boire à l'aide d'une gourde et redéposa les lunettes sur son nez. Puis sans rien ajouter, le pseudo médecin reparti s'asseoir dans son coin, allumant un de ses cigares.
avatar
Sakopi Komzar
5♥
5♥

Messages : 24
Date d'inscription : 04/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Rasleur Chaos le Ven 9 Juin 2017 - 18:40

Aurore ne lâcha pas Léon du regard.

<Un peu d'honneur ? Non... Si on a un peu d'honneur on ne trahit pas. Et si jamais on dit que c'est à cause de l'Arche je rétorquerais qu'il a déjà été jugé une fois par le Valet non ? Elle se mit à sourire. Quand on a de l'honneur on ne trahit pas et on ne fait rien contre la Main. Que cela soit à cause de l'Arche ou.. Avant...>

Elle aura bien insisté sur le dernier mot semblant juger Léon sur la totalité de ses méfaits que sur la dernière trahison en date.

< Première leçon... Les ennemis laissés derrière nos lignes nous prennent en tenaille... Et puis quoi ? Vous allez le laisser tranquille, le garder à la Main peut-être ? Non je sais... Lui pardonner et le rétrograder à nouveau ? Allons soyons sérieux deux secondes.>
avatar
Rasleur Chaos
5♦
5♦

Messages : 22
Date d'inscription : 11/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Scriabine le Ven 9 Juin 2017 - 19:45

Ayant directement été citée par la trublionne du carreau, Scriabine se sentit obligée d'intervenir. 

« Vous avez vos mérites, vous parlez avec votre cœur. Cela fait probablement de vous un excellent membre du carreau, mais... Comprenez que vous n'êtes ici encore qu'une apprentie, et que vous aurez encore l'occasion d'apprendre de nombreuses choses, sur vous-même, principalement. Vous devez respecter ce moment de réflexion sans polluer l'atmosphère avec vos convictions bien trempées. N'essayez pas de nous persuader de vos idées, mais tentez plutôt de vous convaincre vous-même de ce que vous avancez. »

Scriabine regarda l'assemblée, tantôt songeuse, tantôt sanguine. 

« Si vous souhaitez poser des questions à Monsieur Rouget, c'est le moment, après quoi nous passerons au vote. »


avatar
Scriabine
D♥
D♥

Messages : 363
Date d'inscription : 25/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Kirosane le Ven 9 Juin 2017 - 21:23

Le désordre dans la pièce avait eu le don de réveiller Kirosane, que l’obligation de rester trop longtemps dans la même position avait endormi. Elle leva le regard vers lla dame de Cœur, l’observant calmer les nouvelles recrues, amusée. Enfin, son visage fit face à Léon.

« Êtes-vous fier de ce village, Silo, que vous avez… transformé ? Vos idées sont bien belles, mais si comme vous le dites les habitants succombaient aux pouvoirs de l’arche, ils n’ont pas eu d’autre choix que de servir votre cause. Vous avez, volontairement ou non, privé les habitants de leur libre arbitre. Aussi, je me demande quelle fierté vous pouvez éprouver à les avoir asservi. »

La disciple de Sacrieur fit une courte pause, pensive, avant de reprendre la parole.

« J’aimerais de plus savoir ce que vous envisagez de faire, si, même si cela est peu probable, vous êtes condamné à une sanction n'impliquant pas de vous ôter pas la vie, une fois que vous aurez purgé votre peine. Vous devez vous douter que votre place dans la Main est compromise, notamment parce qu'en y restant votre intégrité physique serait mise en danger. Kirosane fit une moue en direction de Sakopi et de ceux qui venaient de se prononcer en faveur de la mise à mort de l’accusé. D’un autre côté, vous savez aussi que la main gardera probablement un œil sur vous. Envisagez-vous de retourner auprès des habitants de Silo, sans l’aide de l’Arche cette fois ? »
avatar
Kirosane
7♦
7♦

Messages : 48
Date d'inscription : 14/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Léon Rouget le Ven 9 Juin 2017 - 22:09

Sonné par sa chute, Léon n'avait guère suivi les échanges entre membres de la Main. Il remarqua à peine que quelqu'un pansait ses blessures et lui donnait à boire. Son regard était perdu dans le fond de la pièce pendant plusieurs lourdes minutes.

« Êtes-vous fier de ce village, Silo, que vous avez… transformé ? Vos idées sont bien belles, mais si comme vous le dites les habitants succombaient aux pouvoirs de l’arche, ils n’ont pas eu d’autre choix que de servir votre cause. Vous avez, volontairement ou non, privé les habitants de leur libre arbitre. Aussi, je me demande quelle fierté vous pouvez éprouver à les avoir asservi. »

Après quelques instants, Léon compris que la question lui était adressée, et cligna profondément des yeux pour reprendre ses esprits.

« La fierté hein... En ai-je éprouvé ? C'est possible. Je crois que maintenant c'est différent. Créer tout ceci sans l'aide de l'Arche ce serait grand... oui, un grand et bel exploit. Les asservir ? Non je n'aime pas ce terme... Regardez plutôt dans la situation actuelle et osez me dire que l'asservissement n'existe pas : le paysan ne laboure-t-il pas ses terres pour contenter son seigneur et ne pas en recevoir les coups ? Les dévots de tous ces Dieux ne sont-ils pas asservis par leurs propres peurs ? Les rois, les bourgeois, les scélérats, et... vous, n'êtes-vous pas asservi par l'argent ? Par le sou qui ne se désire que pour lui-même et qui en poche ne demande qu'à ce que d'autres le rejoigne ? En quoi ces honnêtes gens qui l'espace de deux décennies ont pu goûter à un élan de solidarité léger et soudain qui chaque jour les débarrassait de leur peine, les empêchait de souffrir aux champs, et les rapprochait les uns des autres pour les plus nécessaires commodités et les plus simples plaisirs, oui, en quoi pourrait-on parler d'asservissement pour ces gens qui n'ont jamais cessé de pétiller une joie de vivre qui se fait si rare sur le continent, et dans les campagnes ? Ils n'en ont pas eu le choix car il ne peut en être autrement avec l'Arche, ceux qui en ont connaissance sont maudits, et les ignorants sont ceux qui en reçoivent toute les bénédictions. C'est ainsi. »


« J’aimerais de plus savoir ce que vous envisagez de faire, si, même si cela est peu probable, vous êtes condamné à une sanction n'impliquant pas de vous ôter pas la vie, une fois que vous aurez purgé votre peine. Vous devez vous douter que votre place dans la Main est compromise, notamment parce qu'en y restant votre intégrité physique serait mise en danger. D’un autre côté, vous savez aussi que la main gardera probablement un œil sur vous. Envisagez-vous de retourner auprès des habitants de Silo, sans l’aide de l’Arche cette fois ? »


« Il m'est difficile de m'imaginer rejoindre à nouveau la Main, tant mes projets sont aujourd'hui différents. Après avoir été en quelque sorte prisonnier de Silo pendant toutes ces années, j'ai besoin de voyager un peu, afin de rencontrer de nouvelles personnes, de nouveaux états d'esprit. Puis d'une manière ou d'une autre, je veux faire part au monde de mes recherches. J'ai besoin de structurer ma pensée et de coucher ma doctrine sur le papier. À Silo, j'ai toujours su que la Main gardait un œil sur moi, alors je m'y suis habitué, et l'idée de finir mes jours avec cette pensée ne m'est pas insupportable. Les membres du cœur savent parfois bien s'y prendre... »
avatar
Léon Rouget
x8♦
x8♦

Messages : 10
Date d'inscription : 30/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Majeure] Le Jugement

Message par Kalirr le Sam 10 Juin 2017 - 15:30

Kalirr n’avait pas changé de position. Il respirait calmement et restait silencieux, même à la mention de son nom par Aurore. Voyant que l’atmosphère était un peu moins orageuse, en grande partie grâce à l’intervention de Scriabine et de Sakopi, il décida de reprendre la parole.

« Traître. C’est le seul mot qui vous vient à l’esprit quand vous voyez cet homme ? Est-ce parce qu’il en est un ou parce que vous voulez vous convaincre que vous êtes des personnes honorables ? Dans tous les cas, vous serez déçu. Car nous ne sommes ni honorable ni respectable. Sinon, nous ne serions pas là. Menteurs, voleurs, assassins, escrocs, nous sommes tous des traîtres d’une certaine manière. Des traîtres qui ne jurent fidélité qu’à eux-mêmes par le biais de cette organisation qu’est la Main. Mais, à cette époque, en 624, peut-on dire que la Main existait encore ? Le trésor disparut, la milice à ses trousses, des agents qui fuient et des dirigeants qui se cachent. Non, à cette époque-là, la Main n’existait déjà plus. Il n’y avait donc personne à trahir. Il n’y avait qu’à survivre. »

Kalirr ferma les yeux et prit une profonde inspiration. Tu pouvais pas la fermer espèce d’abruti, pensa-t-il. Tu veux de faire tuer avec lui ? Bon, trop tard. Les cartes sont jouées. Il rouvrit les yeux et reprit la parole.

« J’aurais tout de même quelques dernières questions. Savez-vous comment l’Arche est entrée en possession du Valet ? Ou connaissez-vous son origine ? »

Il laissa le temps à Léon de répondre puis enchaîna sur une dernière question.

« Voici mon dernier atout. Une ultime interrogation. S’il y avait une chose à refaire, quelque chose à modifier entre cette nuit de 624 et aujourd’hui, qu’est-ce que ça serait ? »


avatar
Kalirr
10♣
10♣

Messages : 189
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum