[Quêtes mineures] Valet oui, serviteur non !

Aller en bas

[Quêtes mineures] Valet oui, serviteur non !

Message par Kalirr le 24.01.18 22:42



avatar
Kalirr
V♣
V♣

Messages : 401
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quêtes mineures] Valet oui, serviteur non !

Message par Kalirr le 23.02.18 20:21

♥️ Nicolas Flannel ♥️


Le deux flovor de l'an 648, le Valet Noir reçu un courrier d'un de ses anciens collaborateurs. Nicolas Flannel était autrefois un Valet de Cœur serviable, un alchimiste brillant et un espion compétant. Lorsqu'il quitta la Main, avec les autres Valets, ils firent le serment qu'à leur mort les biens que le Valet Noir leur avait offert retourneraient à leur propriétaire. Ainsi, l'ancienne figure du Cœur annonça au seigneur de la Main que les anciens Valets étaient morts et que leurs sépultures étaient pleines de cadeaux. 


Apprenant cela, le Valet convoqua ses Têtes et leur demanda de partir à la recherche de ses anciennes reliques. Les Compagnons furent rapidement informés et tous décidèrent d'envoyer Recrues et Acolytes s'acquitter de cette tâche. C'est ainsi qu'Arlène et Kalirr missionnèrent Almaric, Instylena et Aphrodiane, les lançant à la recherche de la tombe du Valet de Cœur.  




Ils allèrent d'abord visiter l'ancienne librairie de Flannel à Bonta. Après des heures à écumer les rues du centre-ville, ils ne trouvèrent aucune trace de la boutique. Se renseignant auprès d'un passant, ils apprirent que le magasin de livres avait été vendu et transformé en une échoppe dédiée à la literie et à l'art du couché : Chez Maurfée. 

Ils se rendirent, donc, dans l'établissement et y trouvèrent Maurfée. Elle n'avait malheureusement pas connue le Valet de Cœur mais les envoya vers un homme qui le connaissait. Un dénommé Jacques Palpitant qui était armateur au port de la Cité Blanche. 

Avant de partir, l’œil aiguisé d'Instylena remarqua qu'une latte du parquet n'était pas correctement fixée au sol. Alors qu'Almaric distrayait la propriétaire des lieux, l'agent du Trèfle souleva le bout de bois et trouva dessous un coffret. Marqué des initiales N et F, celui-ci contenait un nécessaire d'alchimie pour le voyage ainsi que deux recettes de potion.




Finalement, ils se dirigèrent vers le port à la rencontre de Jacques Palpitant. Ce dernier hurlait ses ordres en tout sens dans le but, probablement, de charger ou décharger quelques navires. Il prit néanmoins le temps de parler avec les agents de la Main, il « devait bien ça au vieux Flannel, après tout ». Il ne savait, malheureusement, pas où se trouvait le bibliothécaire mais, avant de partir, il lui avait donné un moyen de le retrouver. Une petite énigme que l'armateur n'avait jamais comprise mais qu'il livra sans se faire prier. Elle ressemblait à ceci :

« Je vois que vous me cherchez activement.
Suis-je donc déjà dans les cieux ?
Heureux, enfin, d’arriver au firmament.
De ma tombe, je reste curieux.
Voir et connaître ont toujours été mes métiers.
Que vous soyez bourgeois, artisan ou vagabond.
Vous ne pouvez pas échapper à ma sagacité.
Me défier est risqué. Voilà une révélation.
Cherchez c’est savoir, savoir c’est survivre.
A l’est, à l’ouest, à l’horizon.
Nouveau est le cap que j’aimerais suivre !
 
En ces temps troublés,
Bon et mauvais sont embrouillés.
Valet mais pas servant !
De toutes couleurs et de tous rangs.
Cœur, Pique, Trèfle, Carreau.
Je ne suis, maintenant, que des os.
Suis-je mort parmi les miens,
Bien entouré par cette Main,
Caché dans un bois ou dans un ravin ?
 
Trouvez-vous que je fus vraiment le meilleur des Cœurs ?
Ma conscience, parfois, pense le contraire.
Femme, j’aurais peut-être pu y prétendre. »







Le 23 flovor, réunis au Lépreux Chauve, Instylena, Arlène et Kalirr tentèrent de percer le mystère de ce fameux poème. La solution était, en réalité, toute simple. Il ne suffisait que de lire le premier mot de chaque phrase pour en former une nouvelle. Et celle-ci disait : « Je suis heureux de voir que vous me cherchez à nouveau. En bon Valet de Cœur je suis bien caché. Trouvez ma femme. ». Instylena s'empara aussitôt des formules alchimiques qu'elle avait trouvé sous le parquet de Maurfée. Un mot noté à la hâte. Agnès. C'était probablement la femme de Flannel ! Quoi qu'il en soit, il fallait la trouver. Les trois compagnons partirent, donc, ensemble pour Bonta à la recherche de Jacques Palpitant. 

Instylena avait remis son masque, Kalirr avait prit soin de se grimer pour ne par être reconnu et Arlène suivait le cortège dans les rues blanches de la cité. Ils tombèrent, par hasard, sur leur homme. Après de nombreuses interrgation, il révéla que la femme de Nicolas se nommait Prunelle – et non Agnès – et qu'elle avait été enterré au Cimetière des Héros il y a de ça trois ans.

 




Après cette conversation, les trois compagnons se mirent à l'abris dans une ruelle voisine. Voilà qui était imprévu. Mais l'ancien Valet de Cœur devait bien savoir que sa femme était morte au moment où il a écrit son poème. C'est ce que chacun espérait, en tout cas, et l'équipe entière fit route vers le Cimetière.

Après de nombreuses heures à cavaler de tombe en tombe, les héros commençaient à désespérer. Le lieu était bien trop grand. C'était sans compter sur leur chance et sur la rencontre d'un gardien des lieux, un personnage squelettique dénommé Klek. Ce dernier, qui connaissait le cimetière comme sa poche,  les escorta jusqu'à la tombe de Prunelle Flannel – car pas une de nos trois âmes pensa à lui demander si la tombe de Nicolas Flannel se trouvait ici. Arrivé dans la sépulture, les agents de la Main constatèrent qu'elle était étrangement sculptée. Une nouvelle énigme, sans doute.





Le lieu étant particulièrement inhospitalier et le froid commençant à se faire sentir, les trois complices décidèrent de rentrer au Lépreux Chauve pour réfléchir. A l'aide d'un papier et d'un fusain, Arlène fit une empreinte de la gravure et chacun rentra.

A leur grande surprise, la taverne était pleine de clients. Le moment idéal pour résoudre cette énigme en profitant de l'intelligence collective. Prétextant une histoire d'héritage, les serviteurs du Valet Noir sortirent leur croquis du tombeau et chacun se mit à réfléchir. 





Les théories fusèrent en tout sens ! Une jeune femme, au long bonnet blanc, pensait que cette histoire impliquait forcement des Ecaflip. Un homme, un amoureux des tofus, se disait qu'il pouvait s'agir d'une carte. Un autre, jeune Eniripsa aux ailles brunes, était visiblement aussi aspiré par ses pensées que sa bière l'était par lui. Un maître Pandawa affirmait que les quatre symboles présents sur le tour du dessin représentaient le feu, l'eau, l'air et la terre. Le femme à la chevelure violette et à l'homme à la capuche sombre, quant à eux, s'interrogeait sur la signification de ces étoiles. C'est d'ailleurs d'ici que vint la réponse.

L'étoile de droite représentait un 1 en son centre et comportait 6 branches. Probablement le chiffre 16. L'autre avec 9 branches avec un cinq inversé. - 59 sans aucun doute ! Ce qui donnait... une position perdue dans le désert de Saharach. Ca ne pouvait pas être là-bas, Kalirr le savait. Mais en se penchant sur la carte, l'homme au chapeau bleu vit que la position [-16;-59] donnait pile dans le Cimetière des Héros. Il n'y avait plus de doute, la tombe était là-bas.

C'est à cette instant que le cerveau du Compagnon du Trèfle lui souffla une idée. Et s'il faisait d'une pierre – tombale – deux coups. Tous les clients de ce soir souhaitaient partirent pour Saharach. Eh bien, peut-être ceci pourrait être utile à la Main. Main qui, pendant ce temps, viderai la tombe du Valet de Cœur. Il nota cette idée dans un coin de son esprit et promis à tous ces clients de les appeler bientôt pour partir en expédition sur l'île désertique. 



Finalement, un soir de flovor, Instylena et Kalirr se rendirent à l'emplacement de la tombe. Après une bonne heure de recherche, ils en trouvèrent l'entrée et partirent six pieds – environ – sous terre. La tombe de l'alchimiste était splendide. Une vraie merveille d'architecture. Les orbalanthyrs étaient là, elles aussi. Ancien cadeau du Valet Noir au Valet de Cœur, c'était ce que les Doigts recherchaient avant tout. Ils s'en emparèrent et vidèrent entièrement la tombe dans un chariot à l'extérieur. 

Une fois le lieu dépossédé de ses ressources, les agents du Trèfle firent sauter l'intérieur à l'aide d'explosifs. Les aventuriers qui connaissaient l'énigme auraient pu mettre la main sur la tombe et ce n'était pas souhaitable. 

Le lendemain, les objets furent rapportés au Valet Noir par Kalirr. Ce dernier félicita ses agents pour leur efficacité mais rappela qu'il y avait encore trois autres Valets qui cachent sûrement leurs trésors. Enfin... son Trésor.



avatar
Kalirr
V♣
V♣

Messages : 401
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quêtes mineures] Valet oui, serviteur non !

Message par Kalirr le 15.04.18 22:25

♣️ Sébastien de Vaubran ♣️


Le quatorze aperirel de l'an 648, Kalirr ordonna la réunion expresse de tous les Acolytes et Recrues disponibles et se trouvant à Astrub. Le problème était double. D'un côté, l'actuel Trèfle devait faire face à quelques mauvais parieurs qui accusaient un turfiste professionnel travaillant avec la Main de triche. Il fallait résoudre l'affaire avant qu'elle ne soit portée dans les tribunaux. De l'autre côté, le Cœur venait de localiser ce fameux Sémagol Forto dont le grand Flannel faisait mention. Il n'était pas question de laisser l'occasion filer. Ainsi, pendant que Kalirr irait s'occuper de son expert en dragodindes, une équipe composée de Nororo, Hermex, Orgostafu et placée sous les ordres d'Aphrodiane se chargerait de remonter la piste de l'ancien Valet de Trèfle : Sébastien de Vaubran.



L'équipe entière se dirigea, donc, vers les plages à l'ouest des landes de Sidimote. Là, ils y trouvèrent Sémagol. Curieux personnage qui accepta sans mal de venir en aide à « ça » – c'est ainsi qu'il nommait les Doigts – afin de servir « le Maître ». Après des lieues à travers les landes désertes puis la puanteur du soufre et enfin à parcourir un dédale de couloir, ce bon Forto arriva avec les agents du Valet Noir devant la tombe de Vaubran. Ne restait plus qu'à introduire la clé pour entr... « Quoi ? Ca pas avoir de clé ? Ca pas réfléchir ! Ca chercher clé ! ». Chercher une clé. La chose était bien belle mais comment ? « Aller dans village où goules et vampyres sont. Cherchez fontaine de sang et versez-en. Elle reconnaîtra les ssssiens. »

Une fois ses aveux fait, la cheffe de ce groupe décocha une flèche dans le bras du malheureux Sémagol. Puis, tout en ordonnant à Hermexe de récupérer le sang de cette créature, elle la ligota. Toute la troupe prit ensuite le chemin du Village de Katrepat.

Ils trouvèrent la fontaine avec aisance. Une meute de goules aussi, d'ailleurs. C'est donc un combat pour la propriété de cette source sanguinaire qui s'entama. La vibration des cordes, les sifflement des flèches et le fracas des lames sur les crocs résonnaient dans la petite place. Si bien qu'en moins de dix minutes, les agents de la Main sortirent victorieux de cette escarmouche. Aprhodiane versa alors le sang de Sémagol dans la fontaine. Et... rien. Sur cette entrefaite, Orgostafu s'entailla la main et y versa son propre sang. A ce moment, on vit sortir de la brume un spectre qui se présenta comme Sébastien de Vaubran, Valet de Trèfle. Et qui aurait pu le contredire ? Il donna ainsi la clé de son tombeau aux héros à la condition qu'ils remettent à Sémagol un anneau en or se trouvant dans la tombe. Les Doigts acceptant le marché, Sébastien les mit en garde contre les gardiens de sa sépulture : les Nazes Goules. Il leur révéla aussi l'importance de ce séparer dans les couloirs car... N'ayant pas le temps d'achever sa phrase, le revenant repartit vers on ne sait où, forcé par on ne sait quoi.



Avec la clé, les Doigts entrèrent donc dans la crypte du fantomatique Valet de Trèfle. Ils furent accueilli, d'abord et comme prévu, par les Nazes Goules. Ces créatures attaquèrent la compagnie qui se défendit tant bien que mal. Mais, submergé par leur nombre de deux, les agents du Valet ne pouvait rien faire. Ils se tournèrent donc vers une technique martiale aussi ancestrale qu'efficace : la fuite. Ils coururent vers les salles suivantes, s’enfonçant d'autant plus sous terre et se séparant en deux groupes quand les couloirs se divisaient. 



A force de séparation, Orgostafu et Aphrodiane se retrouvèrent dans deux salles différentes qui, toutes deux, se verrouillèrent à leur passage. Ils furent donc prisonnier mais eurent la consolation de pouvoir se parler grâce à un système de tuyaux qui reliait les deux pièces. On commença, donc, à réfléchir au meilleur moyen de sortir et chacun pensait que cette machine – pourvue d'un levier et d'une roue pouvant afficher des nombres de zéro à cent – était sûrement la clé. Il leur fallut du temps. Beaucoup de temps. Mais au bout d'un moment – et de nombreuses tentatives infructueuses – ils trouvèrent la solution et purent poursuivre leur route. 


Trouvant la réponse, ils purent ainsi pénétrer dans la chambre mortuaire et sortir les différents trésors de ce lieu. Ils vidèrent la tombe de ses biens, Aphrodiane récupérant la précieuse Glace – objet magique faisant autrefois partie du Trésor du Valet Noir – et Orgostafu prenant les ouvrages et la correspondance de Vaubran. Avant de partir, ils donnèrent l'anneau d'or à Sémagol puis lui plantèrent une flèche dans son cœur battant. La pauvre âme expira, emportant dans la tombe les précieux secret de son « Maître ».




avatar
Kalirr
V♣
V♣

Messages : 401
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quêtes mineures] Valet oui, serviteur non !

Message par Kalirr le 30.04.18 17:44

Je vous propose de poursuivre cette quête ce samedi ! Rendez-vous à 21 heures au QG en [6 ; -16] !



avatar
Kalirr
V♣
V♣

Messages : 401
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quêtes mineures] Valet oui, serviteur non !

Message par Kalirr le 05.05.18 22:02

« Le piquant est emballé dans la soie. Consultez la veuve pour en connaître l’emplacement. Là où les racines reprennent leurs droits, au nord et à l’ouest à la fois. De la tombe vous connaissez le florissant bâtisseur, quant à la porte loin des yeux près du cœur. »


avatar
Kalirr
V♣
V♣

Messages : 401
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quêtes mineures] Valet oui, serviteur non !

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum