[Quête Initiatique — Aphrodiane] Un chef pour la tribu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Quête Initiatique — Aphrodiane] Un chef pour la tribu

Message par Emyn Muil le Mer 28 Juin - 1:50



Les documents rapportés par Aphrodiane avaient permis aux Têtes de la Main du Valet Noir de remonter la piste de l'absinthe que feu Lanil souhaitait commercer en Amakna. Elle était originaire du temple Fontaine, un petit ermitage xélor perdu au pied des montagnes des Koalaks, dans les terres Désacrées, construit sur un pic rocheux au milieu des pins violâtres. Là, les spirituels solitaires s'occupaient, entre autres choses, à distiller leur luxueux spiritueux. Emyn Muil se rendit sur place. Il discuta longuement avec le maître des reclus, le ponte Arlier. Il apprit que le commerce de l'absinthe Fontaine était la presque seule source de revenus de la communauté volontairement installée en des lieux particulièrement hostiles. Elle était essentiellement vendue au village des éleveurs, mais Lanil (que les Xélors connaissaient bien puisqu'il arpentait souvent la région avec sa meute) avait proposé, pour un meilleur prix, d'acheter leur production pour la revendre en Amakna.

Or, la mort du chef Ouginak rendait l'avenir de ce commerce incertain. Emyn Muil proposait bien de récupérer lui-même le marché, mais un problème se posait : comment faire parvenir l'absinthe jusqu'en Amakna ? Ni l'ermitage ni la Main n'en avait les moyens, à cause notamment des goules qui rendaient le voyage dangereux. Emyn aurait préféré faire sans, mais il semblerait que passer par les Ouginaks était la meilleure solution possible. D'ailleurs, Arlier était inquiet à leur sujet : la mort de Lanil avait laissé la place à ses deux fils, Atil et Bledil, en tant qu'héritiers de leur tribu. Or, l'un d'eux, Bledil, appuyé par les anciens de la meute, était opposé au projet de commerce initié par son père. Les raisons en étaient bien simples : de telles pratiques rompaient avec la tradition, et l'activité marchande était considérée vile par les Ouginaks. Sur ce point, les deux frères étaient incapables de se mettre d'accord, et la situation restait bloquée.

Mais il était fréquent que, chez les Ouginaks, les querelles entre héritiers finissaient dans le sang, laissant le gouvernement au plus fort. C'est pourquoi les Têtes décidèrent finalement d'envoyer Aphrodiane à leur rencontre. L'objectif : faire en sorte d'éliminer Bledil et son parti. Pour le reste, la Main s'arrangerait pour récupérer le commerce de l'absinthe en Amakna. Le pari était risqué, mais il avait plusieurs avantages : on écartait tout risque de voir l'absinthe Fontaine se répandre en concurrence avec le Vinaigre des Quatre Voleurs, et on augmentait la part du marché contrôlée par la Main dans ce secteur.

Aussi, la Crâ avait pu suivre discrètement les déplacements de la meute. Il ne lui laissait plus que de choisir le moment et la façon propice d'entrer en contact avec eux.
avatar
Emyn Muil
R♥
R♥

Messages : 613
Date d'inscription : 25/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Initiatique — Aphrodiane] Un chef pour la tribu

Message par azaméra le Dim 2 Juil - 13:49

Aphrodiane garda ses distances d'environ 700 mètres pour les observer. Elle voulait identifier les potentiels alliés et ennemie qu'elle aurait à gérer. Elle se cacha derrière plusieurs rochers et quelque arbre bien a l'ombre, s’allongea et sortie sa longue-vue.

« Alors, qui est ce « frère » qui veut vendre cet alcool et qui est l'autre qui ne veut pas en vendre ? »

Elle resta un bon moment pour bien observer et mémoriser tout ce qu'elle voit.
avatar
azaméra
6♠
6♠

Messages : 12
Date d'inscription : 09/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête Initiatique — Aphrodiane] Un chef pour la tribu

Message par Emyn Muil le Dim 2 Juil - 17:02

Discrètement vautrée sur la caillasse sèche et la végétation rêche qui constituaient les sous-bois lugubres des Terres Désacrées, Aphrodiane put observer l'installation du campement des Ouginaks.

La vitesse d'exécution était remarquable. Une heure après que les chefs de la meute aient décidé où s'installer, tout était en place. Les tentes de feutre étaient montées, une à une, en un rien de temps, tandis que le troupeau de bouftou qui suivait la meute (à moins que ce ne soit la meute qui ne suive les bouftous ?) était abandonné à sa paisible activité nourricière — juste  récompense d'un long voyage, et sur laquelle reposait toute l'activité nomade. Dans le même temps, l'on pouvait apercevoir des silhouettes se rendre avec de grands sceaux jusqu'à la modeste source d'eau qu'hommes et bêtes partageaient, puis revenir vers leurs congénères qui avaient allumé plusieurs foyers où serait préparé le repas du soir, à base de viande de bouftou et de dragodinde, de lait de boufette et de dragodinde, et de quelques racines et autres fruits de la cueillette. Quiconque connaissait les rudiments de la vie Ouginak le savait : la meute resterait ici quelques jours, le temps que l'herbe rare fut mangée jusqu'à la racine, puis s'en irait jusqu'à un autre lieu de pâture. Voici qui laissait le temps nécessaire à la Crâ d'agir.

Le campement était somme toute modeste : tout juste une dizaine de tentes, dans chacune d'elles vivait chaque famille de la meute. Elles étaient réparties en cercle, lequel était lui-même entouré des chariots sur lesquels le matériel avait été transporté. Quatre sentinelles avaient été désignées pour monter la garde à chaque point cardinal du campement, guettant d'éventuels mouvements des goules qui hantaient les lieux. Au centre du cercle : les feux, et une tente plus grande que les autres qui ne laissait aucun doute sur la nature des propriétaires. Aphrodiane avait bien pris soin de les observer : pour autant qu'elle en sache, sept personnes vivaient dedans, dont deux enfants. (la distance rendait impossible aucune autre observation) En dehors de ça, le campement ne semblait marquer aucune division entre ses membres, dans son organisation.

La nuit commençait finalement à tomber. Quelques Ouginaks étaient sortis une dernière fois du camp pour rassembler les bouftous et les mettre en sécurité à l'intérieur du cercle des chariots pour la nuit. Aphrodiane fit une énième fois le point de son équipement avant de décider de quoi que ce soit : en plus de son matériel propre, l'alchimiste de la Main du Valet Noir lui avait donné quelques précieux objets : une potion fumigène, une grande fiole de poison à verser dans un liquide (à hauteur de deux gouttes de poison par litre de boisson) ou à tremper une lame ou une flèche, ainsi qu'une panoplie de somnifères, les uns faisant effet immédiatement mais pour peu de temps, les autres plus longuement mais pour plus longtemps ; les uns en liquide à faire respirer à la victime, d'autres en poudre à verser dans de l'eau. En outre, la Crâ ne disposait pas de très grandes réserves de nourriture et, surtout, d'eau : si elle voulait s'assurer le chemin du retour (qui comprenait une hâte au temple Fontaine), il lui restait encore deux repas.

Pendant qu'Aphrodiane déblatérait avec elle-même, le camp des Ouginaks s'agitait : le soleil commençant à toucher l'horizon, tous les membres de la meute, à l'exception des sentinelles, se rassemblaient autour du foyer principal. Les plats et les boissons étaient distribués entre tous, et la meute s'assit ensemble pour ripailler. La Crâ estimait qu'il y avait entre quarante et cinquante personnes, enfants compris, dans le camp.

Que faire, désormais ? Se rendre dès à présent auprès de la meute ? Essayer de s'approcher pour continuer de les observer ? Se coucher et attendre le lendemain ?
avatar
Emyn Muil
R♥
R♥

Messages : 613
Date d'inscription : 25/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum