Histoire d'Emyn Muil.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Histoire d'Emyn Muil.

Message par Emyn Muil le Sam 21 Jan - 1:49



PROLOGUE : LA CHUTE D'HEOLIN.


Les cors raisonnaient fièrement contre les murs blancs de la citadelle, accueillant l'astre solaire qui se levait à l'est. Et les gens de la forteresse commençaient à s'affairer, comme chaque jour, là-haut dans les montagnes. Car là, disait-on, était sise la dernière place forte avant le désert à l'ouest, celle qui voyait la forêt des Abraknydes s'étendre au nord, les plaines de Cania s'étaler au couchant, et la province d'Amakna vivoter au levant. C'était le refuge caché dans les sommets - que l'on ne pouvait trouver sans en connaître l'accès secret - de ceux que les serments prêtés avaient conduits en exil. Là ils bâtirent de pierres blanches ce modeste château, qu'un art raffiné embellit à l'occasion de multiples travaux effectués au fil des années. Ici vivait l'ordre de chevaliers noirs que le temps ternit de gris, puis de blanc. Une race vouée à l'exil, qui élut demeure dans ces hauts lieux hostiles. Ils y cultivaient encore leur noblesse, leur savoir et leur sagesse que des siècles d'une vie âpre avaient nourri lentement. Ils se gouvernaient en frères et œuvraient aux multiples affaires qui les intéressaient, dans ce havre de paix qu'Argheimar établit au mépris du Destin.

Les orphelins d'Heolin se rappellent encore le son de la musique et des rires dans la grande halle. Le goût suave du vin et des mets qui étaient servis. Le faste et la richesse des tapisseries sur les murs, et des lustres au plafond qui éclairaient la pièce d'une chaleureuse et douce lumière lors des rudes nuits d'hiver. Mais ils se souviennent encore également de l'ombre et du feu qui, un jour, vint, car les siècles ne suffisaient pas à faire oublier ce qui avait été juré.

Alors la dernière nuit vint pour Heolin, lorsqu'un ver terrible surgit des profondeurs de la terre, et que les clans des Bworks assiégèrent à ses côtés la forteresse. Les épées furent tirées, et Emegeld Muil, fidèle à sa lignée, défendit jusqu'au dernier souffle les murs assiégés. Mais il périt, lui et ses frères, dans la dernière lutte d'une race maudite. Et tandis que la citadelle succombait aux flammes, les passages sous la montagne déglutirent de misérables, hagards, qui retrouvèrent subitement la dure condition d'errance et d'abandon de ceux qui les avaient, il y a longtemps, précédés.


De ceux-ci était Ilwyn Muil, désormais veuve, qui conduisait son jeune fils Emyn loin du désastre. Et les voici, en maigre compagnie, jettés aux bords des routes cruelles, rejoignant ceux qui communiaient dans la misère du genre humain. Chacun pleurait ses morts et professait des malédictions, et l'automne venant, ils se dispersèrent en quête d'un toit pour les jours durs à venir. Alors Ilwyn se sépara de ce qui lui restait, et put entrer au temple de Xélor, obtenant ainsi un logis et un couvert pour elle et son fils. C'est ainsi que débutait misérablement une jeune destinée à laquelle la fortune allait encore jouer bien des tours...


avatar
Emyn Muil
R♥
R♥

Messages : 556
Date d'inscription : 25/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire d'Emyn Muil.

Message par Emyn Muil le Dim 22 Jan - 4:08

— I —

UN VISITEUR INATTENDU




Le pays était légèrement vallonné. Peu de gens y vivaient, à part quelques bergers qui faisaient paître leurs bêtes dans les collines. Il y avait une vaste forêt qui s'étendait à l'ouest, et une unique route de terre qui traversait les terres incultes. Au bord de cette route, tout près de la forêt, se dressaient soudainement quelques modestes bâtisses de pierre, organisées autour d'un long bâtiment central. Écuries, dortoirs, réfectoire, cellier, atelier, appartements privés et une grande salle de culte ornée d'un autel : il s'agissait d'un temple dédié à Xélor — une maigre succursale, en fait, de celui du village d'Amakna. Les disciples de Xélor avaient trouvé ici un Désert âpre et silencieux, où ils pouvaient s'adonner au mieux à leur culte, comme le préconisait leur patron gardien du Feu Noir.

C'est ici que purent trouver refuge Ilwyn Muil et son fils Emyn, il y a cinq années de cela. En échange de ses derniers biens, Ilwyn put rejoindre le temple, et obtenir logis et couvert pour elle et son fils. Elle menait une vie monotone, dans une rigueur dévote qui devait l'aider à oublier la mort d'Emegeld. Les fastes d'Heolin semblaient si loin à celle qui ne vivait plus que pour la survie de son fils ! Lequel, Emyn, avait désormais douze hivers. De nature timide, calme et réservée, la vie au temple ne semblait guère lui déplaire. Il étudiait assidument ce que les maîtres voulaient bien lui enseigner, et aidait aux diverses tâches qui incombaient à la survie de la petite communauté. Emyn venait d'adopter, naturellement, le culte de Xélor. Peut-être aurait-il envisagé d'endosser la prêtrise à son tour, si la fortune ne lui avait pas réservé un autre destin.

Un jour de printemps, en effet, passa au temple un drôle de voyageur. Il n'y en avait habituellement guère, par-ici. Mais il arrivait que le temple offre le logis à l'un d'entre eux y faisant simplement étape. Or, notre voyageur n'était pas venu ici pour simplement profiter de l'hospitalité des clercs : il était ici en affaires. Tout vêtu de noir, montant une dragodinde sobrement ébène, élégant et discret, il se présenta au nom d'Ogier Danemarche. Il avait un juteux marché à proposer aux Xélors, qu'il présenta longuement, à grand renforts de formules détournées et évasives : chacun comprenait petit à petit que le mystérieux voyageur entendait profiter de l'éloignement des lieux pour faire quelques sensibles écarts à la loi du roi. Certes, toute cette affaire émut beaucoup les habitants du temple, mais ici n'est guère le lieu de s'y attarder.

Après un souper en compagnie des Xélors, Ogier Danemarche avait rejoint les appartements qu'on lui avait attribué, laissant à ses hôtes une longue nuit pour réfléchir à ses propositions. Or, quelle ne fut sa surprise lorsqu'au matin, il s'aperçut que sa montre en argent avait disparu ! Gardant son calme, il fit part de la disparition de l'objet aux maîtres du temple, lesquels ne pouvant tolérer qu'un si grave soupçon pèse sur l'honneur de l'établissement mobilisèrent toutes leurs forces pour le retrouver. Finalement, à la surprise générale, on trouva la montre dans les affaires d'Emyn, qui avoua non sans mal l'avoir dérobée ! Lorsque le visiteur l'apprit, il demanda à voir l'enfant.

« Excusez-moi monsieur, bafouilla honteusement le jeune Xélor lorsqu'on le présenta, devant toute l'assemblée courroucée, à Ogier Danemarche. Vous savez, nous vivons pauvrement et ma mère est si triste... »

Le voyageur, peut-être compatissant, interrompit les pénibles aveux du jeune Emyn : « Qu'importe ! Ce n'est rien. Mais dis-moi petit, comment t'y es-tu pris ? J'avais ma montre dans la poche de mon manteau lorsque je me suis couché, et j'avais pris soin de verrouiller à clé la chambre, alors que les fenêtres en étaient fermées. »

Gêné, le Xélor hésitait à répondre. Mais le maître Vilgard le somma : « Alors ? Qu'attends-tu ? Vas-tu t'expliquer à notre cher visiteur, crapule ? » Alors Emyn répondit franchement : « J'avais remarqué votre montre à votre arrivée monsieur. Aussi, j'avais bu une potion de tabouflage pour me transformer en tabouret dans la chambre qu'on allait vous assigner, pendant que vous dîniez. J'ai profité que vous vous étiez absenté aux latrines durant la nuit pour retourner dans mes appartements. »

« Une potion de tabouflage ? La perplexité se lisait dans le visage de Vilgard. Où as-tu trouvé ça ? » « C'est moi qui l'ait fabriquée, maître » répondit Emyn. D'un coup d'un seul, l'assemblée se tenait coite, visiblement surprise. Alors Ogier prit la parole : « Tu as fabriquée une potion de tabouflage, à ton âge ? Enseigne-t-on l'alchimie aux jeunes disciples, ici ? » « Non guère » répondit Vilgard, dont la perplexité allait croissant. Le voyageur réfléchissait longuement en dévisageant le petit Xélor. « Intéressant..., dit-il finalement. Dis-moi, comment t'appelles-tu petit ? » « Je suis Emyn Muil. » répondit avec une certaine fierté l'intéressé.

Le silence envahit à nouveau la salle. Après avoir longuement pesé ses mots, Ogier le brisa en annonçant ce qui devait finir de surprendre la petite communauté : « Hé bien, Emyn Muil... Que dirais-tu de devenir apprenti alchimiste ? »
avatar
Emyn Muil
R♥
R♥

Messages : 556
Date d'inscription : 25/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum